Samedi 4 mai 2019 au stade Marcel Garcin

R.C. Orléans 5 Mauléon 14

Beaucoup avant leur 16ème de finale du championnat de France, prédisaient aux rugbymen orléanais l’enfer face à Mauleon et aux fourches de sa défense, la plus piquante et repoussante de toute la Fédérale 2. La première demi-heure, hier au stade des Montées, a confirmé les craintes les plus vives : empruntés et vite acculés dans leur camp, les Orléanais, septièmes de la poule 8, s’étalent fait prendre deux fois, déjà, par les premiers de la poule 7. Sur une première phase de domination, d’abord, puis sur une touche à 5 mètres, où les Basques, malles, profitaient de l’exclusion temporaire (pour un hors-jeu)  de Jérémias Sanches, le talonneur orléanais, pour combiner à deux. 0-14. Mauléon ne montrait pourtant pas davantage qu’une organisation huilée, un jeu soigné et de l’à-propos. Mais c’était suffisant pour des Orléanais qui se cherchaient, et qui rendaient trop vite leurs ballons. « On a été un peu fébriles », convenait Cyril Billard, le trois-quart centre du RCO. « On a manqué d’engagement » ressentait Kévin Lebrun,  le pilier. Notamment dans la guerre des rucks… »

Image00016L’équipe était remaniée: elle devait trouver ses marques, explicitait l’un des deux entraineurs, Yann Marchais. D’ailleurs, on gagne la seconde mi-temps. Alors que les conditions devenaient dantesques, le vent redoublant de force et de froid, les Orléanais investissaient le camp adverse. Un oubli de prolonger le jeu à gauche, puis un ballon échappé, n’empêchaient pas le RCO et (Paul Lebrault, lancé au pied) (5-14, 47e). « On savait l’équipe d’Orléans athlétique et joueuse. Mais à 14 à 0, on s’est peut-être vus trop beaux. On a très mal géré la seconde mi-temps », grinçait Philippe Hontaas, l’entraineur de Mauléon-Licharre.

Dès qu’on a joué

Déjà en fin de première période, Cyril Billard avait laissé entrevoir que rien n’était impossible à un RCO entreprenant et combatif. Coupau, le demi de mêlée basque, avait alors dû se sacrifier, d’un en-avant volontaire. « Dès qu’on a joué, confirmait Kévin Lebrun, on a créé du danger ! » « On a les moyens d’aller chercher quelque chose (dimanche à Mauléon) » abondait Yann Marchais…quand bien même un en-avant de Descazeaux, l’arrière basque, préservait le RCO d’un troisième essai (58e). « C’est décevant d’avoir perdu mais on n’est pas loin ! Il y a un coup à faire là-bas. Il faut y croire », enchérissait Cyril Billard. Les dernières minutes, passées devant l’en-but basque, ne pouvaient qu’étayer ces bonnes intentions. L’enfer, après tout, n’en est-il pas pavé ?

La fiche

RC ORLÉANS vs MAULÉON, 5.14 (0-14). Arbitre : Jimmy Sauvage. 1.200 spectateurs,.

Pour Orléans. 1 essai de Lebrault (47’) Carton blanc  à Sanches (26’)
Pour Mauléon.  2 essais de Laplace-Claverie (15’), et  Capdevielle (27’);  2 transformations d’Ascery. Carton blanc à Coupau (37’) ; carton jaune à Uhalde (52’).

L’écart maximal. Pour Orléans n’a jamais mené. Pour Mauléon : +14 (14-0, 27’)

L’équipe d’Orléans.  1. Touchard (Turpin 56’), 2. Sanches, 3 Lebrun (Deleplace. 66′), 4. Bassalettti, 5. Poulain, 6. Prat (Clech,  56’), 7. Pouplot, 8. Mourrut. (Nkoy 48’), 9. Bourgade (Doisne, 31′), 10. Mirland, 11. Lebrault (Chantereau, 74’). 12 Billard, 13. David, 14. B. Nassto (Riguet 66’). 15. Galan.

Pour visualiser les photos, cliquez ici

Article paru dans la République du Centre du dimanche 5 mai 2019 – Photos copyright Frédéric Roussel