Index / Non classé / Une page se tourne.

Une page se tourne.

Une page se tourne.

Le changement de staff technique a mis fin à la période de Franck Cohen. Face à la montée en puissance de ses voisins, Orléans veut se recentrer sur la formation.

La décision du président Christian Lavezard  et de son comité directeur de ne pas prolonger Franck Cohen dans ses fonctions de manager a ouvert une nouvelle ère à Orléans.
Franck Cohen dirigeait l’équipe première depuis 12 ans, une carrière d’entraîneur entamée après 4 années de présence en tant que joueur son bail était de longue durée. Il y a tous vécut de la fédérale une  à la double rétrogradation sportive et administrative en Fédérale 3. Il y avait tout reconstruit en collaboration avec Christian Lavezard depuis l’arrivée du président qui devait sauver le club d’une déchéance impossible Orléans avec son super stade et ses belles infrastructures et le poids de son passé de club moteur du comité du Centre est parvenu à se remettre sur les deux pieds en Fédérale 2 mais il fallait changer notre trajectoire et impulser une nouvelle dynamique explique Christian Lavezard. Notre club qui avait été soumis à la montée en puissance du monde amateur, doit aussi composer dorénavant avec une concurrence locale qui s’est nettement affermie. Nous devions renforcer notre action. Ils ont confié la responsabilité de l’équipe première à Yann Marchais l’ancien entraîneur de la réserve, intègré également dans le processus des relations avec les partenaires et à  Jimmy Belouet.  Le retour aux affaires de l’ancien joueur du club, passé en tant qu’entraineur par Vierzon et Pithiviers a été pensé dans une logique de continuité avec la formation.

Six avant à remplacer
Professeur d’EPS au lycée Benjamin-Franklin et responsable de la section sportive rugby. Jimmy Belouet a consacré sa première action à la labellisation de cette section sportive en centre d’entraînement. Elle devrait intervenir en cours de saison. Le sujet n’est pas neutre. A l’intersaison, trois équipiers premiers sont partis à Chartres. Les moyens financiers des orléanais sont devenus limités. Le mouvement des joueurs seniors sur le comité ne va plus forcément dans leur sens. « Nous avons tout pour réussir assure Jimmy Belouet. Nous profitons de superbes installations sur une agglomération de 400 000 habitants. Il faut créer une dynamique globale pour retrouver notre rang. Orléans doit jouer en Fédérale une. C’est notre ambition d’y retourner. La qualité de notre formation sera l’un de nos arguments essentiels. La concurrence d’aujourd’hui nous conduit à maximiser notre outil sur le court terme pour l’équipe première. Les deux entraîneurs d’avant devront aussi constituer un paquet d’avant. Les arrêts de Florent Habert, Antonin Nicole et Alexandre Gröll, combiné au trois vers Chartres ont créé un vide de six places à combler.

Article paru dans le midi olympique du vendredi 13 juillet – Guillaume Cyprien