Index / Actualités seniors / Les Orléanais n’ont pas existé

Les Orléanais n’ont pas existé

Dimanche 18 novembre 2018 – Stade de Beaublanc à Limoges.

L’USAL a décroché un troisième succès de rang, plein d’autorité et bonifié, qui lui permet de s’installer sur le podium.

Limoges n ‘a pas fait dans la demi-mesure. Au terme d’une partie à sens unique, ou presque, dont elle a su parfaitement maîtriser la gestion de ses temps forts et de ses temps faibles, l’USAL s’est offert un troisième succès de rang, le second bonifié , aux dépens d’une équipe orléanaise qu’elle a délogée de la 3• place. Une issue logique tant les hommes du trio Dubois-Masurel-Missout se sont montrés efficaces des deux côtés du terrain. Orléans n’a pas existé ou si peu pour mettre des bâtons dans les roues d’un collectif limougeaud qui monte en puissance.

24·
0 à la 21 minute

Une pénal-touche dans le camp limougeaud mal négociée et puis rideau. L’entame tourna rapidement au cauchemar pour les Orléanais vite dépassés par les événements et la vitesse d’exécution d’une équipe Usaliste qui posa la mainmise sur la partie d’une poigne de fer. «On s’était fixé comme objectif de mettre d’entrée beaucoup d’intensité, confiait Matruas Atayi. La puissance de nos avants a fait la différence et on a pu évoluer en confiance ». Jouant au plus juste et sans cesse dans l’avancée, alternant les registres, Soto et ses camarades dominaient leur sujet et leurs adversaires. En l’espace de huit minutes et trois pénal-touches, l’USAL douchait les espérances du RCO sans solution pour contrer les ballons portés limougeauds (17-0, 13′). Et quand le maul n’avançait plus, c’est Bonnefont qui s’en extrayait à hauteur des 22 mètres pour s’offrir un triplé (24-0, 21°). « On a bien déroulé », appréciait Maxime Chabrier.

L’USAL n’a rien lâché
rugby-federale-2-usal-orleans_4085270
Orléans releva bien la tête. Mais l’USAL, avec un Boissière souverain dans les airs et un Vea t ranchant pour sa première, ne lâchait rien, même lorsqu’ ‘elle se retrouva quelques instants en double infériorité numérique. Mieux. Un nouveau ballon porté, aplati par Bofferon, puis un beau mouvement conclu par Cavalière au pied des perches don­ nait plus d’ampleur au succès limougeaud malgré l’essai pour l’honneur, du capitaine orléanais Pouplot.
« Il était important de marquer notre territoire, glissait Maxime Chabrier. Et de valider notre succès à Vichy ». C’est fait. Et plutôt bien.

Article paru dans Le Populaire du Centre du lundi 19 novembre 2018 – Photo Stéphane Lefebvre