Index / Non classé / La marche était trop haute

La marche était trop haute

photodepoorter-8Comme l’avait annoncé Franck, « il ne faut pas se poser de question, on joue et on fera les comptes après ». Même si le RCO est à créditer d’un bon match, cela n’aura pas suffit pour inverser la tendance, le déficit accumulé au match aller était beaucoup trop conséquent.

Pourtant, devant une tribune bien garnie, les orléanais se jetaient dans la bataille et Lemoine ouvrait le score dès la 3ème avant que Dabti ne marque le 1er essai. 8-0 (12 e). Les dionysiens réduisaient le score sur pénalité. Peu avant la pause Gröll, sur une puissante charge, emmenait tout sur son passage et marquait un essai plein de décision.

15 à 3 à la pause, la moitié du job était fait et le moral était toujours là pour des orléanais motivés.

En seconde période, les cartons jaunes et quelques relances complètement manquées permettaient aux visiteurs de marquer et revenir au score (15-13, 49 e). Nasso pointait à son tour et le RCO menait alors 20 à 13. Mais rien n’était fait et il fallait aux orléanais déployer beaucoup d’énergie pour annihiler les velléités  offensives des banlieusards parisiens.photodepoorter-15

Et puis il y eut cette interruption du match durant vingt minutes et l’intervention du SAMU pour réanimer un joueur de St Denis, mais la cause était entendue, les orléanais remportaient la rencontre, c’était leur premier objectif, mais sortaient quelque peu déçus des ces 16ème, sachant qu’il avait mieux à faire.

Malgré tout, c’est entouré de tous leurs coéquipiers, que Julien Tupinier et Fred Lavis fêtaient, sur cette victoire, une retraite sportive bien méritée.

Ndlr : 12 cartons distribués en 2 matchs dont 8 jaunes pour le RCO, impossible de jouer et, à fortiori, de gagner dans des conditions semblables. Ces sanctions à répétitions sont d’autant plus anachroniques que les 2 rencontres se sont effectuées dans une correction exemplaire.