Index / Actualités seniors / Après la victoire bonifiée du RC Orléans acquise aux dépens de Châteauroux (31-11)

Après la victoire bonifiée du RC Orléans acquise aux dépens de Châteauroux (31-11)

Face à Châteauroux, les joueurs du RCO ont assuré l’essentiel et même un peu plus en décrochant une victoire bonifiée (31-11). Même si le contenu du match a laissé à désirer.
Que ce fut compliqué. Face à Châteauroux, la lanterne rouge, les joueurs du RCO ont été à la peine pour installer leur jeu, leur stratégie. « Pour la première fois, on avait l’obligation du résultat », rapportaient les deux entraîneurs, Jimmy Belouet et Yann Marchais. Le premier essai de Quentin Burelle, après 45 secondes de jeu (sans doute un record cette saison), n’a pas eu l’effet escompté de libérer les joueurs. Au contraire. « On a eu un surplus de confiance, on n’a plus fait les efforts. Et eux ont marqué. On est entré dans un match compliqué dans la tête », notait Jimmy Belouet. « C’est presque plus dur de se sortir d’un match comme ça que d’accrocher une équipe très forte. »

Continuer le travail

« Dans ces matches là, il faut que l’on trouve collectivement une vraie stratégie et d’aller vite dans le camp adverse, comme on l’a fait contre les grosses équipes », notait de son côté Yann Marchais. « On a, à des moments, surjoué. Châteauroux s’est refait la santé sur nos fautes. » Les deux entraîneurs étaient d’accord. « On retient la victoire, mais il nous manque la manière. »
Pas vraiment d’inquiétude dans le camp orléanais. Il est vrai que ce n’était que le sixième match sur vingt-deux d’un groupe en construction. « On va rentrer dans une phase intéressante où l’on va mettre un peu d’huile dans les rouages. On sait que l’on a des soucis sur la qualité des transmissions, sur la transformation du jeu », pointait Yann Marchais. « On n’en était pas là il y a deux mois ! C’est une vraie avancée. On va continuer à travailler. »

Avec ce succès à 5 points le RCO s’est repositionné dans le haut du classement (4 e, 18 pts). De quoi aborder le déplacement, dimanche, à Saint-Yrieix (11 e, 12 pts) sans pression. Et c’est dans ce genre de contexte que les Orléanais sont les meilleurs…

Article paru le 23 octobre 2018 – Pierre Perlicius – © photo Christelle Gaujard