Index / Interview / Entre deux portes…Nathan Guellaen

Entre deux portes…Nathan Guellaen

Peux-tu te présenter au “public” qui ne te connait pas ?

Je m’appelle Nathan Guellaën et j’ai 18 ans. Ca fait maintenant 12 ans que je joue au Rugby Club Orléans  donc 7 en tant que pilier droit.
Le plus drôle c’est que les premières années j’ai joué comme ailier mais visiblement mes qualités de passe ne satisfaisaient pas les coachs de l’époque. J’ai commencé le rugby en CE1 parce que mes parents cherchaient un sport qui me permettrait de me défouler autrement qu’en mettant le « bordel » en classe, le rugby fût donc un choix plutôt naturel.Nathan Guellanen
J’ai eu la chance de faire partie de l’équipe cadet qui en 2015 a atteint la finale du championnat de France Teulière A et de faire partie des sélections régionales pendant plusieurs années.

Premier match à Garcin, première titularisation en Espoirs. Tu es satisfait ?

J’ai été très surpris de jouer titulaire en Espoirs dès le premier match, je ne m’attendais même pas à être dans l’équipe ! Du coup j’ai vraiment été fier de la confiance que m’ont donnée les coachs Philipe et Gérald. Durant le match,  j’ai eu beaucoup de difficultés dans les phases de mêlées et j’étais un peu perdu en raison de la vitesse de jeu qui change radicalement. J’avais vraiment l’impression d’être à la « masse ». Après je ne me suis pas fait d’illusion, je savais pertinemment que je n’allais pas faire mon meilleur match dès le premier du championnat. Je viens juste d’arriver à un niveau où tout va plus vite, il me faudra encore plusieurs matchs. Pour m’adapter, il va falloir fournir beaucoup de travail aux entrainements afin d’acquérir les automatismes.
En résumé une sensation plutôt mitigée, je savais que ça n’allait pas être facile mais je ne m’attendais pas à être autant en décalé.

Comment se passe ton intégration ?

Mon intégration se passe vraiment très bien, les « anciens » seniors font vraiment attention à tous les jeunes qui montent en les guidant sur le terrain et dans les déplacements. Je ne me sens pas à l’écart du groupe car j’y retrouve des joueurs avec qui j’ai joué les années précédentes ; tous nous encouragent même lors de mauvais choix de jeu. L’encadrement fait également très attention à nous dans la formation ; les entraineurs n’hésitent pas à interrompre une phase de jeu pour nous réexpliquer et nous remontrer les attitudes que l’on doit avoir dans l’idéal.

D’où vient ton surnom : « Touffe » ?

Ce magnifique surnom de « Touffe » est apparu lors de mes années d’U13 en raison de mes cheveux longs et bouclés à la façon des Jackson Five. C’est surtout mon coach de l’époque, qui m’a entrainé pendant pas mal d’années, David Papillon qui m’a donné ce surnom. Probablement parce qu’il y avait trop de Nathan sur le terrain et que c’était plus facile à crier lors des matchs pour transmettre des consignes. Mais depuis je me suis tellement habitué à être appelé ainsi sur les terrains que lorsque l’on m’appelle par mon prénom généralement je ne réagis pas ! Ce surnom est devenu plutôt viral car même lors des matchs avec l’équipe régionale, les joueurs des autres clubs ainsi que les coachs m’appelaient ainsi.
Tous les ans , j’entends dire qu’on va me raser mais pour l’instant personne n’a jamais réussi à m’attraper avec une tondeuse, mes cheveux sont trop précieux pour que je me les fasse raser sans lutter !

 

Merci Nathan